Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Solidaires02.fr

La Valls des milliards

20 Mai 2014 , Rédigé par solidaires02

Le VALLS des milliards clip de l'union syndicale solidaires

 

Lire la suite

15 mai 2014 Manifestation Fonction Publique

15 Mai 2014 , Rédigé par solidaires02

manif-15-mai-2014-Laon-FP1.jpg

manif-15-mai-2014-fp-4-copie-1.jpg

A Laon

Manifestation contre le gel du point d'indice depuis 2010 dans la fonction publique

manif-15-mai-2014-fp3.jpg

 

Manif-15-mai-2014-fp2.jpg

 

Solidaires fonction publique

 

De qui se moque-t-on ?

Le projet de loi sur l’organisation territoriale de la République (deuxième volet du l’acte III de la décentralisation) arrive sur la place publique, en urgence, suite au discours du nouveau Premier ministre, Manuel Valls, qui préconise une accélération du processus. Le Ministère de la Décentralisation et de la Fonction Publique est donc en première ligne sur ce sujet.

Alors que le Conseil supérieur de la fonction publique territoriale était boycotté par quatre organisations syndicales, la Ministre de la fonction publique, après avoir reçu les organisations syndicales le jour de la parution des documents sur ce projet de loi, a convoqué le Conseil supérieur de l’Etat pour traiter des articles de cette loi ayant trait aux conséquences du transfert des personnels de l’Etat vers les collectivités territoriales et de la mise en place des maisons de services au public.

L’ensemble des organisations syndicales avait sollicité un report de ces Conseils supérieurs (Etat et territorial) et une réunion préalable du Conseil commun afin de débattre de l’ensemble du projet de loi, de ses conséquences pour les agents, les services et les usagers. Résultats : la Ministre passe outre cette demande, maintien la tenue des Conseils supérieurs et renvoie la discussion générale à un hypothétique Conseil commun dans la mesure où dit-elle « ce projet de loi a vocation à évoluer en fonction du débat parlementaire… »

Solidaires FP considère que cette manière de procéder confirme le peu de respect de ce gouvernement envers les agents de la fonction publique.

Alors que nous sommes engagés dans une dynamique de mobilisation contre la politique d’austérité choisie par le gouvernement, accepter ce passage en force, et en urgence, d’un texte qui aura bien des conséquences sur la société dans son ensemble et sur les agents de la fonction publique n’est pas acceptable. Solidaires a donc décidé de ne pas siéger en CSFP d’Etat qui aujourd’hui ne peut que s’assimiler à une « parodie de concertation » !

 

Femme Solidaires02

Faut-il aussi le rappeler ?

L’annonce de recourir à 50 milliards d’euros de réductions des dépenses publiques à l’horizon 2017 se traduit très clairement par une attaque en règle de la fonction publique et de ses agents.

La réforme territoriale annoncée au travers du projet de diminution par deux des actuelles régions, de la disparition des départements et du développement de l’intercommunalité aura de graves conséquences pour l’ensemble des personnels du versant de la territoriale.

A l’Etat ce sera encore la poursuite de la politique régressive en matière d’emplois et de restructurations sur l’ensemble du territoire.

La MAP va poursuivre son travail de sape afin d’aboutir à l’objectif de réductions budgétaires, encore une fois le monde de la santé ne sera pas épargné avec l’hôpital toujours en ligne de mire. Pour tous, enfin, ce sera la poursuite du blocage des salaires avec très certainement aucune perspective d’augmentation d’ici 2017 !!!

Solidaires Fonction Publique, par son boycott de l’ensemble des réunions, exprime la colère légitime des personnels. Elle appelle tous les agents de la fonction publique, dans ses trois versants, à se mettre en grève le jeudi 15 mai 2014 et à se joindre aux manifestations sur l’ensemble du territoire.

Femme Solidaires02

Lire la suite

Liens militants femmes

7 Mai 2014 Publié dans #féminisme

DSCF1785

 

I. Sites institutionnels

 - Observatoire de la parité entre les hommes et les femmes

Site Web : http://www.observatoire-parite.gouv.fr

 

- Ministère délégué à la cohésion sociale et à la parité

(le site propose un renvoi vers le service des droits des femmes et de l’égalité)

Site Web : http://www.femmes-egalite.gouv.fr

 

 

Femme Solidaires02

 

II. Associations qui proposent aussi soutien et conseils

 

- ACT UP

(association de lutte contre le sida)

Tél : 01 48 06 13 89

Site Web : http://www.actupparis.org

 

- AIDES

Association de lutte contre le sida

Tél : 0820 160 120

Site Web : http://www.aides.org

 

- ANCIC : Association nationale des centres d’interruption de grossesse et de contraception

Site Web : http://www.avortementancic.org

 

- AVFT : Association européenne contre les violences faites aux femmes au travail

(propose une permanence téléphonique : 01 45 84 24 24)

Site Web : http://www.avft.org

 

- Cancer info service

Tél : 08 10 81 08 21

 

- Collectif féministe contre le viol

Tél : 08 00 05 95 95 (gratuit)

Site Web : http://www.cfcv.asso.org

 

- Commission pour l’abolition des mutilations sexuelles

Tél : 01 45 49 04 00

 

- Comité européen contre l’esclavage moderne

(en France, lutte contre l’esclavage domestique)

Site Web : http://www.ccem-antislavery.org

 

- Droits des malades info

Tél : 0810 51 51 51

 

- Femmes info service

(contre les violences conjugales)

Tél : 01 40 33 80 60 (répond aussi en soirée)

 

- Femmes solidaires

(mouvement féministe qui propose aussi des permanences juridiques)

Site Web : http://www.femmes-solidaires.org

 

- GAMS : Groupe pour l’abolition des mutilations sexuelles

Tél : 01 43 48 10 87

 

- Les voix d’elles-rebelles

(association féministe pour la défense des droits des femmes, notamment celles issues de l’émigration - basée à St Denis)

Site Web : http://www.voixdelles.org/fr

 

- MFPT : Mouvement français pour le planning familial

(information et éducation sexuelle, lutte contre les violences sexuelles, contraception, avortement...)

Tél : 01 48 07 29 10

Site Web : http://www.planning-familial.org

 

- RAJFIRE - Réseau pour l’autonomie des femmes réfugiées et immigrées

Tél : 01 43 43 41 13

Site Web : http://www.maisondesfemmes.free.fr/rajfire.htm

 

- Réseau national des centres d’information sur les droits des femmes et des familles

(regroupe 119 centres départementaux d’information)

Site Web : http://www.infofemmes.com

 

- Sida info droit

Tél : 0810 636 636

 

- Sida info service

Tél : 0800 840 800 (également en langues étrangères)

Site Web : http://www.sida-info-service.org

 

- SOSFA : Association SOS femmes accueil

Site Web : http://www.sosfemmes.com

 

- SOS homophobie

Tél : 0810 108 135

Site Web : http://www.france.qrd.org/assocs/sos

agir pr droit des fem

 

III. Pour en savoir plus et agir

 

- CNDF : Collectif national pour le droit des femmes

Site Web : http://www.collectifdroitsdesfemmes.org

 

- Marche mondiale des femmes contre les violences et la pauvreté

Tél : 01 44 62 12 04

Site Web : http://www.marchemondiale.org

 

- Association Mix-cité

(mouvement mixte pour l’égalité des sexes, de réflexion et d’action)

Site Web : http://www.mix-cite.org

 

- Les Pénélopes

(association visant à promouvoir, éditer et diffuser le point de vue des femmes)

Site Web : http://www.penelopes.org

Lire la suite

Pour un 8 mars 2014 féministe

7 Mai 2014 Publié dans #féminisme

Femme Solidaires02

Les luttes féministes ont obtenu l’interdiction légale des inégalités entre les femmes et les hommes en France. Et pourtant elles perdurent dans la famille, au travail, dans les médias, en politique... La journée du 8 mars s’inscrit dans l’histoire de nos luttes d’émancipation, elle doit montrer notre détermination à conquérir l’égalité, à dénoncer les reculs sociaux qui nous concernent, ici ou ailleurs...

 

❒ Parce qu’à travail égal, on gagne 27 % de moins que les hommes... et parce que notre retraite est inférieure de 40 % aux hommes !

❒ Parce que nombre de réformes remettent en cause certains de nos acquis ou viennent accentuer des inégalités : réforme des retraites, loi Hôpital Patient Santé Territoire, accès restreint aux services publics de la petite enfance...

❒ Parce que les politiques d’austérité touchent plus particulièrement les salariées : chômage longue durée plus important, blocage des salaires et suppression d’emplois dans la fonction publique où les femmes sont majoritaires...

❒ Parce que nous avons le droit de disposer de notre corps, de choisir d’avoir ou non un-e enfant, d’avoir accès à l’IVG partout et sans être culpabilisées !

❒ Parce que les réactionnaires justifient les inégalités dès la plus petite enfance et qu’ils veulent enfermer les individus dans des stéréotypes de genre !

❒ Parce que 70 % des travailleurs à temps partiel sont des femmes... et que cela est synonyme pour nous de bas salaires et de précarité !

❒ Parce que toutes les 7 minutes une femme est violée ! Et qu’une femme meurt tous les 3 jours des coups de son (ex) conjoint !

❒ Parce que nous effectuons encore 80 % des tâches domestiques !

 

L’Union syndicale Solidaires, partie prenante d’un appel unitaire pour redonner son caractère de luttes au 8 mars, appelle à participer massivement aux mobilisations féministes qui se dérouleront le 8 mars prochain. Rassemblements, manifestations, grèves : tout est bon pour rappeler que l’égalité est encore à construire partout !

 

Appel pour un 8 mars féministe et syndical

 

Les luttes des femmes ont permis de conquérir des droits et de progresser vers l’égalité entre les femmes et les hommes. Mais aujourd’hui cette égalité est loin d’être effective dans une société qui reste encore dominée par le système patriarcal. Certains droits se trouvent même remis en cause, notamment du fait des politiques d’austérité. La montée de l’extrêmedroite et des extrémismes religieux constitue un danger supplémentaire de régression pour les femmes.

 

La journée du 8 mars, qui célèbre l’histoire de ces luttes, est plus qu’un symbole. C’est la journée internationale de luttes pour les droits des femmes du monde entier. Ce n’est pas la journée de « la » femme, comme les médias se complaisent à le répéter. Il n’y a pas une femme, mais des femmes, toutes différentes, qui luttent jour après jour, année après année.

 

Nous refusons la récupération de cette journée à des fins commerciales, avec des messages publicitaires proposant de la « fêter » par un cadeau ou une distribution de fleurs sur le lieu de travail… sans doute pour mieux faire oublier, le reste de l’année, l’ampleur des inégalités qui restent à combattre. Les femmes sont touchées par les inégalités de salaire et de retraite, par le temps partiel subi, la précarité, elles sont majoritairement en charge des tâches domestiques et familiales, minoritaires dans les postes de responsabilité politique ou économique. Elles sont trop souvent victimes de multiples formes de violences : viols, violences conjugales, agressions racistes de femmes immigrées, violences sexistes au travail, lesbophobie, prostitution…

 

Le 8 mars ne doit pas être une journée sans lendemain. Plus que jamais, il doit s’inscrire dans une dynamique de mobilisations, de luttes et de revendications des femmes, ici et partout dans le monde, pour faire reculer le système patriarcal et obtenir l’égalité, aussi bien au travail, dans la famille que dans la société toute entière !

 

Il s’agit donc de faire du 8 mars une journée de mobilisation avec toutes les formes d’action permettant aux femmes de s’y impliquer : manifestations, rassemblements festifs, actions symboliques, et des actions de grèves lorsque c’est possible.

■ Des actions contre les inégalités au sein de la famille (travail domestique, prise en charge de l’éducation, des soins aux enfants et aux proches,...).

■ Des actions solidaires avec toutes les femmes victimes de violences sexistes et lesbophobes.

■ Des actions solidaires avec les femmes du monde entier, pour le respect des droits de toutes et l’accès à l’égalité.

■ Des actions visibles dans la rue afin de montrer que nos combats visent à changer la société toute entière.

■ Des grèves au travail, quand le contexte s’y prête, contre les inégalités de salaires et d’emplois, contre le plafond de verre et la précarité...

 

Sur la base de ce texte, les signataires appellent à renforcer ou à créer partout des collectifs unitaires pour préparer ensemble un 8 mars 2014 de luttes, syndical et féministe : Union syndicale Solidaires – FSU – UNEF – ATTAC – Marche mondiale des femmes – Planning Familial Ile de France – Les efFRONTé-e-s – Ligue du Droit International des Femmes – Collectif libertaire anti-sexiste…

Femme Solidaires02

Lire la suite

Samedi 10 mai 2014 à Villers Cotterets :commémoration de l'abolition de l'esclavage

5 Mai 2014 , Rédigé par LDH

Le nouveau maire Fn de Villers Cotterets refuse de commémorer l'abolition de l'esclavage.
Nous le commémorons sans lui, le 10 mai 2014 à 11 heures rue général Mangin.
10-mai-2014-commemoration-de-l-abolition-de-l-esclavage-So.JPG

Auteur de l'article : LDH

Commémoration de l’esclavage : Front national, la dérive antirépublicaine !

Communiqué cosigné par la LDH
Après les déclarations racistes de l’extrême-droite française contre la Garde des Sceaux qui avaient suscité une vague d’indignation et entraîné la marche antiraciste du 30 novembre 2013, voilà que le Front national récidive. Franck Briffaut, nouveau maire (FN) de Villers-Cotterêts, a déclaré le 17 avril à L’Express, qu’il n’organisera pas de commémorations de l’abolition de l’esclavage, rompant ainsi avec une démarche initiée dans sa ville depuis 2006. Pour M. Briffaut, ces commémorations servent à culpabiliser la France à des fins de récupérations politiques, et n’ont aucune sincérité. Il estime que la France n’a pas à se sentir coupable car, dit-il, « nous n’avons rien inventé » et l’esclavage existe encore en Afrique.

 

Rappelons à cet élu du Front national quelques faits :

Depuis la marche silencieuse du 23 mai 1998, les originaires d’Outre-mer honorent la mémoire de leurs aïeux esclaves tous les 23 mai. Il s’agit d’une démarche essentielle pour la construction citoyenne des descendants d’esclaves. En s’y engageant, ils renouent avec leurs aïeux, rompent avec l’errance identitaire et abandonnent leurs ressentiments au profit de la réconciliation. C’est pourquoi le gouvernement a inscrit le 23 mai au calendrier républicain. Par ailleurs, depuis la loi Taubira qui reconnaît la traite négrière et l’esclavage colonial comme un crime contre l’humanité, la République commémore l’abolition de l’esclavage le 10 mai. Elle honore ici l’avènement de la Deuxième République qui, à la différence de la monarchie, a immédiatement aboli l’esclavage qu’elle considérait comme un crime de « lèse humanité ». Il existe donc aujourd’hui deux dates honorant la mémoire de l’esclavage : l’une célèbre la République et l’autre la démarche citoyenne des descendants d’esclaves. Ne pas célébrer ces deux dates est une atteinte aux idéaux républicains : liberté, égalité et fraternité.

Les propos de M. Briffaut sont dangereux. Car derrière les accusations de « culpabilisation de la République » se cache l’extrême-droitisation dans laquelle le FN veut entraîner notre société. Aujourd’hui l’on s’attaque aux commémorations de l’esclavage, demain à celles de la Shoah.

Après-demain, ceux qui en sont les acteurs seront traités d’étrangers et d’anti-Français.

- Nous dénonçons ces propos antirépublicains qui portent en eux le germe de la division.
- Nous demandons au Président de la République que ce soit enfin un décret et non une simple circulaire qui soit le cadre légal des commémorations de l’esclavage
- Nous prions le gouvernement de rappeler le maire de Villers-Cotterêts à l’ordre afin qu’il organise les commémorations des 10 et 23 mai.
- Nous demandons aux élus de la République d’organiser dans leurs villes les célébrations des 10 et 23 mai en renforçant leur caractère populaire et fraternel.
- Nous appelons les humanistes, les démocrates, les républicains à participer massivement à ces commémorations.

Restons vigilants !

Le 25 avril 2014

Signataires :
Comité Marche du 23 mai 1998 (CM98)
Conseil représentatif des Français d’outre-mer (Crefom)
Ligue des droits de l’Homme
Mrap
SOS Racisme

Solidaires 02 Pas une voix pour le FN

Lire la suite